Toutes les informations relatives au téléroman québécois Providence.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Venez chatter avec moi pour discuter de Providence!

Partagez | 
 

 La fin de Providence. Entrevue avec l'auteure Chantal Cadieux.

Aller en bas 
AuteurMessage
Marie-Eve Lavoie
Admin
avatar

Messages : 50989
Date d'inscription : 06/12/2009
Age : 31

MessageSujet: La fin de Providence. Entrevue avec l'auteure Chantal Cadieux.   Ven 8 Avr - 20:11

Ce mardi, Radio-Canada annonçait la fin de la série PROVIDENCE en compagnie de l’auteure Chantal Cadieux, du producteur Jocelyn Deschênes (Sphère Média Plus) et de la Direction des programmes. En tant que directeur des relations publiques à Radio-Canada depuis plus de six ans, j’ai le privilège d’être aux premières loges d’événements marquants. C’est d’ailleurs fascinant d’observer et d’entendre une auteure annoncer aux journalistes qu’elle met fin à une grande et populaire saga familiale qui a attiré plus d’un million de téléspectateurs chaque semaine pendant sept saisons. Sa personnalité, sa candeur et ses propos m’ont littéralement charmé à un point tel qu’après la rencontre de presse téléphonique, j’ai insisté pour poursuivre la discussion avec elle.

Comment tu te sens d’annoncer la fin d’une série qui a occupé près de neuf ans de ta vie?

C’était déjà un gros moment d’annoncer à Louise Lantagne, à André Béraud et au producteur Jocelyn Deschêne que j’avais fait le tour, que j’avais besoin de vacances. Pour eux aussi, c’était une nouvelle importante pour la grille télé. Après ça, quand j’ai senti qu’ils me suivaient là-dedans, il y avait toute l’excitation de terminer. Ça me donnait un élan pour conclure. C’est une grande partie de ma vie. Il y a plein de moments de ma vie qui font partie de PROVIDENCE. Mais il y a toute l’excitation de terminer, de dire qu’il y a d’autres nouveaux projets qui s’en viennent.

Quels sont les auteurs qui t’ont inspiré?

Il y a Guy Fournier avec qui j’ai travaillé. Il a été un mentor, un bon professeur. C’est quelqu’un qui n’était pas paternaliste. J’ai collaboré avec lui sur la série ENT’CADIEUX au début de ma carrière. Autant c’est quelqu’un qui m’encourageait, qui m’a appris mon métier, c’est aussi quelqu’un qui me laissait au prise avec mes problèmes dramatiques. C’était un défi. J’ai aussi collaboré plusieurs heures avec Michelle Allen sur TRIBU.COM. Michelle est une auteure qui m’a inspiré dans cette espèce de droiture, de certitude qu’elle a. Elle travaille fort. C’est quelqu’un qui était toujours disponible comme auteure principale pour répondre à une question. En même temps, elle me trouvait très autonome. Ce sont deux auteurs qui m’ont inspiré parce qu’ils m’ont permis d’apprendre mon métier. Ils m’ont fait confiance. Ça donne des ailes. Quand j’ai eu ma série, j’étais prête.

Que regardes-tu à la télévision (lorsque tu as le temps, bien entendu) ?

J’essaie de toujours voir les séries québécoises. Par exemple, je regarde PENTHOUSE 5.0. Bien que j’aille une vie bien remplie, je regarde des coffrets de séries américaines. Présentement, je regarde BROTHERS & SISTERS. J’ai également regardé NIP/TUCK, THE SOPRANOS, SIX FEET UNDER, IN TREATMENT pendant les fins de semaine.

Qu’est-ce qui te frappe particulièrement dans les séries télévisées présentés aujourd’hui?

Je trouve qu’on fait de très belles choses autant ici qu’aux États-Unis. Il y a des nouvelles façons de scénariser. La série THE SOPRANOS a été la première série qui m’a surprise dans son écriture, dans la façon que c’était présenté. Tout a été dit. C’est la façon de raconter qui change. Nous sommes prêts à entendre toutes sortes d’histoires. Il y a une nouvelle ouverture. Les gens aiment ça se reconnaître. Ils aiment aussi rêver.

D’où t’est venue l’idée de départ de PROVIDENCE?

Je voulais montrer les nouveaux fermiers, les nouveaux agriculteurs. La famille est toujours un terroir riche. Et moi, ça me parlait. Je suis quelqu’un de familiale. C’est une valeur importante. L’invitation que le producteur m’a faite était de présenter une jeune bourgeoisie, un téléroman à la RUE DES PIGNONS. ..L’idée de la campagne intéressait moins le producteur mais je lui avais dit : « Tu vas voir, on peut montrer une campagne qui n’est pas loin de Montréal ». Le public a aimé ça. Dans le million de téléspectateurs, il y a plusieurs gens en régions qui se reconnaissent.

Quel est le personnage auquel tu t’es le plus attaché dans la série PROVIDENCE?

Je dirais que c’est difficile. Il y a énormément de personnages. C’est sûr que les personnages féminins sont des personnages que j’avais envie d’écrire. Comme le personnage d’Édith joué par Monique Mercure. De donner la place à une femme de cet âge là,, d’être un modèle de femme qui reste active, malgré l’âge, malgré la retraite. De lui faire vivre encore des histoires d’amour parce que souvent les femmes on se dit que passées 35 ans, c’est difficile de tomber en amour. L’Édith l’a fait et elle a été très enviée parce qu’elle a eu quand même de beaux amoureux, toujours un peu plus jeunes qu’elle (rire). Ce personnage-là était comme la figure de proue. Il était à la tête de tout ce monde-là. Ça a été mon personnage de départ. Je voulais avoir une femme d’affaires qui s’était débattue dans un monde où, à l’époque, ce n’était pas si facile que ça. Édith est un personnage qui représentait quelque chose de spécial.

Chantal Cadieux est une auteure absolument charmante à entendre. Ce qui m’a le plus fasciné chez elle, c’est sa candeur à répondre spontanément aux questions. Et elle a beaucoup de choses à dire à un point tel que s’en excusait presque, ce qui nous a bien fait rire. Et vous, comment vivez-vous la fin de la saga PROVIDENCE? L’auteure avait-elle fait le tour de la chose? Quelles sont vos séries québécoises préférées cette année? Quelles sont les séries américaines qui ont retenu votre attention récemment? Plusieurs questions que je me permets de vous poser, histoire de débuter le dialogue avec vous tous (tes). Et aussi, joignez-vous à moi pour souhaiter à Chantal Cadieux un beau (et court) moment de repos fort mérité.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teleromanprovidence.forumactif.org
 
La fin de Providence. Entrevue avec l'auteure Chantal Cadieux.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Entrevue avec Helena et Jake, futur mariés
» Protestation car je suis bète et je comprend rien
» [RP] Entrevue avec un Saint-Anthelme
» Entrevue avec Hubert Marsolais
» Entrevue avec Marc Sibard: "JE PRÉFÈRE BOIRE UN VIN NATUREL RATÉ QU'UN VIN INDUSTRIEL MAÎTRISÉ"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Providence :: Articles, photos au autres infos du téléroman :: Articles, photos, potins et vidéos des comédiens-
Sauter vers: