Toutes les informations relatives au téléroman québécois Providence.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Venez chatter avec moi pour discuter de Providence!

Partagez | 
 

 Se donner pour un proche - Élyzabeth Walling

Aller en bas 
AuteurMessage
Marie-Eve Lavoie
Admin
avatar

Messages : 50989
Date d'inscription : 06/12/2009
Age : 31

MessageSujet: Se donner pour un proche - Élyzabeth Walling   Ven 18 Fév - 19:32

Elyzabeth Walling, qui interprète Geneviève Marsolais dans Providence,
a une feuille de route des plus impressionnantes: en plus d’avoir joué dans un
grand nombre de séries, elle a habité et travaillé aux États-Unis, en Europe, et a
pratiqué le patinage artistique de haut niveau. Or, au-delà de son parcours
unique, la comédienne est avant tout une femme de coeur qui a voulu
accompagner sa grand-mère mourante. Une rencontre inspirante.


La Semaine: Elyzabeth, quelle est l’origine de votre nom?
Elyzabeth Walling: Mon père est d’origine irlandaise, mais il est né ici. Sa famille est
anglophone et celle de ma mère est francophone.

LS: Vous êtes originaire de Québec, n’est-ce pas?
E.W.: Oui. J’y ai vécu pendant quelques années, jusqu’à la séparation de mes parents. Par la suite, je me suis beaucoup promenée: j’ai habité à Boucherville avec ma mère et
même dans le Grand Nord avec mon père! Je pense que mon amour des voyages vient de là.

LS: Est-ce vos parents qui vous ont donné envie d’être comédienne?
E.W.: Je me suis souvent posé la question, parce que je suis une personne timide. Ma grand mère, que j’adorais, était très ouverte. Elle aimait me déguiser, inventer des histoires, me faire faire de petits spectacles dans le salon. Sinon, ma mère est une personne très cultivée, et elle m’a toujours beaucoup motivée. Il paraît que lorsque j’étais enfant, je dansais dans les salles d’attente pour distraire les gens!

LS: Le patinage artistique en couple a aussi été très important dans votre vie, n’est-ce pas?
E.W.:Oui. J’en ai fait jusqu’à l’âge de 18 ans. Au fil des ans, j’ai participé à plusieurs compétitions. Malheureusement, mon partenaire a décidé d’arrêter. On m’a alors suggéré un autre partenaire, mais quelque chose était cassé en moi. J’ai préféré abandonner, mais ça n’a pas été facile.

LS: Comment êtes-vous parvenue à surmonter cette épreuve?
E.W.:En ce moment, je joue Geneviève dans Providence, et le deuil est la principale thématique de ce personnage. Oui, j’ai pafois de la peine, mais je m’en sers et je la transforme en quelque chose de positif. Par exemple, quand j’ai arrêté le patin, j’ai fait toutes les démarches pour aller étudier le théâtre en Angleterre.

LS: Pourquoi l’Angleterre?
E.W.: Dans les moments difficiles, je pense qu’il faut qu’il y ait une coupure, du moins pour un temps. Je me suis donc retrouvée à étudier au Lee Strasberg Theatre & Film Institute.

LS: Après votre formation, vous êtes revenue ici?
E.W.: Oui, et j’ai décroché
assez rapidement un rôle dans Au nom du père et du fils. Lesrôles se sont enchaînés,
puis je suis allée vivre ailleurs. À New York, je me suis retrouvée
à danser dans des vidéos et à concevoir des chorégraphies, tandis qu’à Los Angeles, en plus de participer à un film, j’ai suivi une formation de professeur de yoga!

LS: Le travail semble occuper une place importante
dans votre vie…
E.W.:La vie, c’est vraiment un tout: ma carrière, mon bien-être et mes amours sont liés. Je souhaite avoir une famille un jour, mais je n’ai pas encore rencontré la bonne personne au bon moment. Pour moi, il est aussi important de m’impliquer dans ma
communauté.

LS: Que faites-vous?
E.W.:Quand ma grand-mère est décédée, je me suis impliquée auprès des aînés. Je voulais faire quel - que chose pour eux, transformer cette épreuve en quelque chose de positif, comme je le disais plus tôt. Je ne connaissais pas grand-chose au badminton, mais j’ai appris les bases du jeu pour pouvoir donner des cours à un groupe de personnes âgées de 50 à 90 ans. Je savais que je serais incapable d’aller visiter les hôpitaux, car je suis très empathique. Je me suis donc servie des talents que j’avais pour apporter ma contribution. Ça a été un grand bonheur de les côtoyer.

LS: Étiez-vous proche de votre grand-mère?
E.W.: Oui. (Silence)Quand j’ai su qu’elle allait mourir, j’ai décidé de lui consacrer toutes mes énergies. J’ignorais combien de temps j’avais encore avec elle: deux semaines, deux mois? C’est quand les gens sont là qu’il faut en profiter. J’ai alors tout mis de côté pour être avec elle, j’ai brisé des contrats et j’en ai refusé d’autres. J’ai tout fait pour enjoliver ses derniers moments. Mon seul regret dans la vie, c’est de ne pas avoir pu réaliser son dernier souhait…

LS: Lequel?
E.W.: Elle voulait finir ses jours chez elle. Malheureusement, j’ai essayé, mais je n’ai pas pu…

LS: Qu’avez-vous appris de cette épreuve?
E.W.: Je m’attendais à découvrir ce qu’on appelle «le sens de la vie» en l’accompagnant. On peut lire les plus grands philosophes, se faire une idée, mais dans le concret, le plus important, c’est de vivre lemoment présent. Nous parlions de choses simples qui devenaient profondes: du bon dîner que nous avions eu ou encore du petit oiseau à la fenêtre. J’ai compris que c’était ça, le vrai sens de la vie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teleromanprovidence.forumactif.org
 
Se donner pour un proche - Élyzabeth Walling
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ford T HotRod 1/6
» IMPORTANT: Besoin d'un nom pour mon asso
» CV pour devenir gradés débutant
» Autorisation pour mariage civil
» W22 : doublé SL - CL un peu plus proche pour cette salope de Cendrillon ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Providence :: Articles, photos au autres infos du téléroman :: Articles, photos, potins et vidéos des comédiens-
Sauter vers: